Email. contact@cpie-authie.org

Tél. 03 21 04 05 79

badeau

Agriculture et Environnement

 

agriculture environnementFondée sur des échanges entre l’agriculteur et les « experts » (naturaliste, agronome, forestier et cynégétique), cette démarche doit permettre à l’agriculteur de s’approprier les milieux et espèces présentes sur son exploitation afin de mettre en place des actions visant à gérer et/ou améliorer la biodiversité, la qualité des eaux et la connectivité des milieux naturels tout en respectant voire optimisant, si possible, le fonctionnement de son système d’exploitation.


Objectif :

Le CPIE Val d'Authie développe sur son territoire des projets en lien avec le monde agricole sur la biodiversité afin de faciliter sa prise en compte dans le fonctionnement de l'exploitation.

Ci-dessous vous trouverez la présentation de plusieurs projets partenariaux actuels.


Messicoles :

Les messicoles sont les plantes accompagnatrices des plantes cultivées dans les champs, notamment dans les céréales d'hiver. Parmi les plus connues, on peut citer le Coquelicot ou le Bleuet. Depuis 2012, le CPIE Val d'Authie s'est engagé dans différents suivis des messicoles et des plantes de bords de champs. Il s'agit à la fois de mieux connaître les espèces présentes sur notre territoire, mais également d'informer et de sensibiliser aux enjeux de la préservation de ces espèces très particulières.

Les actions réalisées par le CPIE Val d'Authie s'inscrivent dans le cadre du Plan Régional d'Action en faveur des messicoles co-animé par la DREAL et le Conservatoire Botanique de Bailleul. Le groupe de travail régional réunit également la Chambre d'Agriculture, les CPIE, le CEN, la Fédération de chasse et les PNR.

Les messicoles sont menacées de disparition en raison de plusieurs facteurs :

- l’évolution des méthodes de tri. Le tri des semences était effectué manuellement à la ferme, certaines graines de messicoles restaient donc dans les semences, et c’est grâce à ce tri que les messicoles repoussaient d’année en année. Aujourd’hui il est devenu mécanique et est redoutable pour la flore messicole, il entraine une éradication systématique.

- l’utilisation des herbicides qui a été multipliée par 5 entre les années 70 et 90. C’est la première cause de raréfaction de cette flore.

- l’usage de nouvelles pratiques agricoles. Par exemple les labours plus profonds (> 20 cm) enfouissent la banque de graines dans le sol.

 Les enjeux de la préservation des messicoles sont multiples :

POUR LE MAINTIEN DE LA BIODIVERSITE

- une source de nourriture pour de nombreux insectes, une source de pollen et de nectar pour les abeilles, bourdons, insectes utiles à l’agriculteur, papillons … Par exemple une fleur de coquelicot produit jusqu’à 2,6 millions grains de pollen. Une mine d’or pour les pollinisateurs.

- des graines pour les oiseaux typiques des cultures (Alouette, Caille, Perdrix, Bruant proyer …).

POUR DES RAISONS ECONOMIQUES

- ressources intéressantes pour les apiculteurs, de nombreuses messicoles étant mellifères.

- certaines sont toxiques et médicinales ce qui rend leurs principes actifs et les molécules intéressantes (ex : Bleuet dont on tire une lotion pour les yeux).

- sources de nourriture pour les auxiliaires des cultures, aidant les agriculteurs à détruire les pucerons par exemple.

POUR DES RAISONS ETHIQUE et ESTHETIQUE

- la raison éthique la plus simple et la plus importante serait le respect de la Nature,

- elles ont souvent inspiré des manifestations artistiques, en peinture et en littérature.

Un Plan Régional d’Action en faveur des messicoles :

Pourquoi ?

Pour connaître la répartition actuelle des messicoles et des secteurs à préserver,

Pour créer un réseau de conservation en apportant à chaque acteur les outils de connaissance, de gestion, de communication et de formation,

Pour voir ou revoir des messicoles dans les champs en tenant compte des contraintes techniques, économiques et sociales des mesures de conservation proposées dans un contexte agricole durable.

Comment ?

Prospections, inventaires, valorisation du rôle fonctionnel des messicoles, sensibilisation des agriculteurs, des collectivités et des chasseurs, formation, réimplantation par semis, parcelles expérimentales de conservation, productions de graines…


Concours Général Agricole des Prairies Fleuries :

Le CPIE Val d’Authie co-organise, depuis 2015, le Concours Général Agricole des Prairies Fleuries avec l’Institution Interdépartementale Pas-de-Calais / Somme pour l'Aménagement de la Vallée de l’Authie en partenariat avec la Chambre d’agriculture de région du Nord-Pas-de-Calais, la Chambre d’agriculture de la Somme et le Pays du Ternois.

Le concours général agricole des prairies fleuries

Crée en 2010, le concours des prairies fleuries est entré au Concours général agricole en 2013. Il récompense, à travers un prix d’excellence professionnelle, les savoir-faire et la technicité des agriculteurs dont les parcelles présentent le meilleur équilibre agri-écologique. Ce concours a pour objectifs la reconnaissance du rôle des agriculteurs dans le maintien des milieux prairiaux et de la qualité des paysages, la valorisation des produits de qualité et la sensibilisation du public.

Le terme « prairie fleurie » est ici utilisé pour désigner des prairies de fauche et les pâtures, naturellement riches en espèces. Il ne doit pas être confondu avec les jachères fleuries qui sont des herbages semés. Ce concours est une reconnaissance collective et individuelle du travail des agriculteurs et de la qualité de leur production.

Vous trouverez des informations complémentaires sur l’organisation nationale du concours sur le site : http://www.concours-agricole.com/prairies/accueil.html

Le concours prairies fleuries Authie-Canche

Une 1ère édition s'est déroulée sur le territoire Authie-Canche en 2015, ce sont les pâturages (de prairies humides, de plateau ou de coteau) qui étaient mis en lumière. On trouve sur le territoire Authie-Canche des prairies avec une flore naturelle très riche accueillant une faune diversifiée. Bordées de haies et souvent associées à des mares et de vieux arbres, les prairies naturelles sont une composante essentielle du paysage des fonds de vallées et des abords de villages.

Les 2 concours étaient :

-          Pâturage (exclusif) en zone humide

-          Pâturage (exclusif) en zone non humide (plateau, coteau …)

Chaque parcelle présentée par les agriculteurs du territoire a été visitée par un jury d’expert locaux composé d’un agronome, d’un botaniste et d’un apiculteur qui utilisent la méthode de notation nationale commune à tous les territoires afin d’évaluer l’équilibre agri-écologique de la parcelle. Les critères étaient à la fois agronomique (productivité, valeur alimentaire du fourrage…) et écologique (biodiversité, valeur paysagère et apicole…).

Le concours s'est déroulé en deux étapes :

-          d’abord au niveau local, sur le territoire délimité Authie-Canche (parcelle présente dans une commune située sur les deux bassins versants de l’Authie et de la Canche et sur le Pays du Ternois, hormis celles intégrées dans le territoire du Syndicat mixte Baie de Somme). Ces lauréats se sont vus remettre le prix d’Excellence agri-écologique du concours des prairies fleuries.

-          Puis au niveau national, les lauréats Authie-Canche ont ensuite concourru face aux autres lauréats des 42 territoires organisant un tel concours en France. La remise des prix nationaux a eu lieu au Salon de l’agriculture à Paris.

Vous êtes éleveur et vous souhaitez participer au concours prairies fleuries Authie-Canche ?

Qui peut participer ?

Le concours est ouvert à tous les éleveurs (possédant un minimum de 8 UGB) des communes situées sur le territoire Authie-Canche. Chaque éleveur choisit dans son exploitation une ou deux parcelles qui lui paraît remplir le mieux les objectifs du concours. Les parcelles présentées par les agriculteurs doivent être considérées comme des surfaces agricoles utiles et participer au fonctionnement fourrager des exploitations.

La participation est gratuite. Vous pouvez vous renseigner auprès du CPIE Val d’Authie.

Comment savoir si votre parcelle peut être présentée au concours ?

Pour qu’une parcelle puisse participer au concours, elle doit au moins héberger 4 plantes indicatrices dans chaque tiers de la diagonale de la parcelle. Une liste nationale de plantes a été définie et est consultable sur l’affiche du concours. Voici quelques exemples : trèfles, achillée millefeuille, cardamine des prés, silènes, lotiers, gesses, vesces …

Vous pouvez faire appel au CPIE Val d’Authie qui vous accompagnera dans votre choix de parcelle.

Pour en savoir plus...

Un règlement national est à votre disposition. N'hésitez pas à contacter plus davantage d’informations : Franck BEDOUET, CPIE Val d’Authie – 03 21 04 05 79 ou franck.bedouet@cpie-authie.org

Voici d’autres documents consultables sur internet :


Documents en téléchargement :

 

logo pdf 100px Poster "Agriculture et Biodiversité" : Télécharger le PDF

logo pdf 100px Fiche d'inscription 2017 : Télécharger le PDF

logo pdf 100px Affiche du Concours 2017 : Télécharger le PDF


Renseignements supplémentaires :

Pour plus d’informations sur le Concours général agricole des prairies fleuries, vous pouvez vous rendre sur : http://www.concours-agricole.com/prairies/accueil.html

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter Franck BEDOUET au 03 21 04 05 79 ou par mail à franck.bedouet@cpie-authie.org

Entrer en Contact

CPIE VAL D'AUTHIE
Mouaison Hulot
25, Rue Albert Vermaelen
BP 23 - 62390 AUXI-LE-CHÂTEAU

Tél. : 03 21 04 05 79
Fax : 03 21 04 12 78

E-mail : contact@cpie-authie.org

Galerie Photos

Scroll to top